Historical references

 

 <1880 1881 1882 1883 1884 1885 1886 1887 1888 1889
1890 1891 1892 1893 1894 1895 1896 1897 1898 1899
 1900  1901 1902 1903  1904 1905  1906  1907  1908  1909
 1910  1911  1912  1913  1914  1915  1916  1917  1918 1919
 1920  1921  1922  1923  1924  1925  1926  1927  1928 1929
 1930  1931  1932  1933  1934  1935  1936  1937  1938 1939>

Latest updates : 2013-12-29 – 1886/02/25 – Le Chenil 

2013-12-19 – 1907 – “Manuel pratique de l’amateur de chiens […]” – Larbalétrier, Albert

Introduction to the history of the breed and well explained problem with proper understanding of barbet/poodle – Barbet History Project. The sole purpose of that page is to show You the history of the Barbet breed, recorded in books and magazines, from the time it became a separate and distinguished breed, known mainly as Griffon Barbet/Barbet d’arret, which as we can assume happen somewhere in late XIX century (at this moment the starting date would be 1881, as this is the date of first written words about Griffon Barbet, altough we have also a relation of Barbet RUSTIQUE receiving 2nd prize at dog show in PARIS 1863). Earlier “barbet” was the French word for poodle, sometimes it was said that poodle is sophisticated type of barbet and if You want to get deeper into history of yet undeveloped french breeds with a generic name of barbet/poodle, You can refer to this excellent site – Poodle History Project. However the riddle of barbet/poodle/caniche is fascinaiting, it is not the issue here. Somewhere in late XIX century and after we come upon findings about Barbet (griffon), developed yet maybe not uniformed hunting dog.  And since it became a breed, it never looked and worked like a modern Poodle. It is logical as Poodle was meant to be a companion dog, and Barbet is a hunting dog, and must have proper structure, instincts and morphology which Poodle simply lacks of.  When You read and look the sources, You may find that Barbet was probably close to other Griffons (Khortals,Boulet) or even shepherds, and had not much in common with modern Poodle.

The history between and old Buffon’s image of “Grand Barbet” and present day, is not a two hundred years empty gap as it has been stated for a long time. It is a history of Barbet a Griffon, wonderfull hunting dog…

The following sources are listed by date (not by significance) and the idea was to collect as many sources as it is possible, sometimes it is just a simple advertisement. The text appended to photo/scan is a digitalized version of original which accuracy is around 92%. We have done no translation, or changes in text except obvious spelling errors.

Due tu enormous amount of sources, they were divided by years, only the most interesting or relevant sources are listed here. Use the table above to navigate trough the sources.

1881 – “Le Livre du chasseur” – Charles Diguet

1881-le-livre-du-chasseurcharles-diguetLe Barbet

Malgré sa rare intelligence, sa sagacité merveilleuse, on se sert peu du barbet. Le barbet d’arrêt vaut le griffon et il est très facile à dresser.Il va à l’eau admirablement et s’utilise à tous les genres de chasse. Il rapporte avec beaucoup de fidélité, et c’est de tous les chiens le plus susceptible d’une éducation complète. On pourrait l’employer avec avantage en même temps que le chien d’arrêt proprement dit.

 

1884/01/01 – “Le Chenil” n.1

1884-01-01-le-chenilPERETTE II, chienne griffon barbet français, couleur poil do lièvre,à M.Léon Beriaud, 2, Pavé des Gardes, à Chaville. Pedigree. PERETTE II, née le 10 juin 1882, par Biribi à M. d’Argy, hors do Perette à Mme Roos, 35, rue do Paris, à Courbevoie. Perette II a eu, le 10 novembre 1883, 3 chiots.

 

 

 

1885/06/03 – “Le Chenil” n.22

1886-06-03-le-chenilEXPOSITION CANINE DE PARIS
[…]
Cinquième groupe.—Chiens d’arrêt de races françaises
[…]
27° classe. — Chiens d’arrêts griffons et barbets de races françaises
[…]
2e SUBDIVISION. — GRIFFONS A POIL LAINEUX ET BARBETS
1er prix, Polka lll, à 51. Emmanuel Boulet, 50 francs. —
2e prix, l’Iocl; à M. Roussel, médaille d’argent. — Rappel de Ier prix 1885, Taupe, k M. Marquet de Vassclol.

L’EXPOSITION CANINE DE ROTTERDAM
[…]
Le type du griffon français, du moins à notre avis — nous savons cet avis partagé par de plus savants que nous, — est le griffon à poil dur; et c’est, comme on l’a dit, à la suite de ces croisements malheureux dont se sont, avisés tant de chas- seurs français, en accouplant leurs griffons à poil dur soit avec des épagneuls, soit avec des barbets, que s’est produit le griffon à long poil, dont on peut, sans doute, présenter aujour- d’hui de remarquables spécimens, mais dont lesqualités dechasse, si nous ne nous trompons, n’ont rien gagné à ces croisements (page no 4)

1885/06/04 – “Le Chenil” n.23

thug-plockLe n° 227, Thugbarbet à 31. Chapard, château de la Clairière, a obtenu un prix d’honneur, que nous aurions préféré voir décer- ner au n” 117/477 (?), Plock, barbet à 31. Noirot. qui n’a oblcnu que le second prix, quoique possédant de plus belles formes que son concurrent.(page no 2)

1891 – “Les races françaises de chiens d’arrêt” – J. de Coninck; dessins de P. Mahler

1891-les-races-francaises-de-chiens-darretj-de-coninck21891-les-races-francaises-de-chiens-darretj-de-coninck11891-les-races-francaises-de-chiens-darretj-de-coninck3“Le barbet est une sorte de griffon,à poils laineux et frisés ; il est à peu près bâti comme lui mais est beaucoup plus commun comme forme. Sa tête est ronde, les sourcils couvrent les yeux, le museau est plus court, les pattes sont grosses et lourdes, ses pieds ronds et larges. On en trouve un peu de toutes les couleurs.

On donnait autrefois le nom de barbet à tous les grif- fons, et c’est plutôt pour établir la différence entre lui et les griffons poils longs, que j’en donne la description, car le barbet ne peut pas être absolument considéré comme chien d’arrêt.

Il y en a certainement qui chassent en plaine et qui arrêtent, mais c’est l’exception et on trouve de ces cas dans bien d’autres races. J’ai vu des bassets et des beagles qui arrêtaient et on ne les a jamais considérés comme chien d’arrêts.

La vraie chasse du barbet est le marais, il résiste admi- rablement aux froids les plus durs; il chasse très bien les râles et excelle à rapporter les canards dans l’eau glacée. Sa conformation et l’épaisseur de sa toison l’empêchent de chasser en plaine et au bois, où ses poils se prennent dans les ronces. Il faut donc plutôt considérer le barbet comme un retriever pour les chasses au marais.

Cette race, si tant est qu’elle existe encore à l’état de race, est assez rare et ce n’est guère qu’en Belgique ou en Hollande qu’on pourrait en trouver. M. Mégnin, dans son nouveau livre sur les races de chiens, nous parle de Pilote, barbet appartenant à M. Coste, et voici ce que lui en a dit son propriétaire : « Comme pour ses ancêtres, l’élément de Pilote c’est l’eau, rien que l’eau, et qu’elle soit tiède comme en août ou glaciale comme en décembre, le bain est toujours un plaisir pour lui. Il ferait, je crois, triste figure dans une plaine, je ne l’y ai du reste jamais conduit. Au marais seul. il est sur son terrain et chez lui. Je l’ai souvent ramené de la chasse le poil hérissé de glaçons, jamais il n’en a paru incommodé une seconde. Souvent par les plus grands froids de l’hiver, à 18 ou 19 degrés au-dessous du zéro, alors que tous ses compagnons de chenil se pelotonnaient frileusement dans la paille, je l’ai trouvé couché dans la cour, le museau allongé sur ses pattes, couvert de neige et littéralement poudré à frimas, le lendemain sa place était marquée dans la neige fondue sous lui jusqu’au sol. je me demande si beaucoup d’autres races offrent de pareilles ressources de tempérament et surtout un tel dédain des basses températures. Quel précieux auxiliaire pour le chasseur de sauvagine dans le service exceptionnellement dur de cette chasse? car il rapporte par plaisir et il aime à patauger plus encore que son maître, si jeune et si enragé qu’il soit. »

Description du Barbet d’arrêt.

TÊTE: Ronde, front développé, museau un peu court, garni de longues moustaches pendantes.

OREILLES. Longues, plates, garnies de longs poils, frisésou par mèches.

OEIL Rond, vif,’ intelligent, complètement recouvert par d’épais et longs sourcils retombant jus- qu’au chanfrein.

NEZ Brun ou noir. Cou Gros et court.

ÉPAULE. Droite..

POITRINE. Large, sans beaucoup de profondeur.

CÔTES Arrondies.

REIN. Court, fort et vigoureux.
PATTES Fortes et grosses, garnies de longs poils de haut en bas.

PIED. Rond, large, recouvert de poil.

FOUET Relevé et formant le crochet vers l’extrémité.

COULEUR. Gris, noir, café au lait. blanc sale, blanc et marron, etc.

POIL. Long, laineux et frisé, se massant souvent par larges plaques.

TAILLE.. 45 à 55 centimètres.

APPARENCE GÉNÉRALE : Ramassé et vigoureux.